Traduction24.com

Traduire les paroles en 2 étapes simples!
  • Homepage
  • >
  • C
  • >
  • cradle of filth – the promise of fever

Artiste: cradle of filth - Titre: the promise of fever 

Paroles & Traduction: - the promise of fever Ci-dessous, vous trouverez les paroles avec la traduction affichées côte à côte! Sur notre site web, vous trouverez de nombreuses autres paroles avec les traductions de ! Consultez nos archives et les autres paroles, par exemple cliquez sur la lettre c de et voyez quelles chansons nous avons le plus de dans nos archives comme the promise of fever .

ORIGINAL

In the beginning
Rimmed with wind and storm
A great black wrath of infinite math
Spat snarling into form
And there was heaven
Lit up with precious stones
Each one could fall but for the rule
Of faith and love and stronger thrones
And therein rose vast wonders
Affections to be seen
Fathered from the plundered
Reflections of a dream
Fogging into nightmare
For him whose place was set
With wayward stars that absent, marred
All creation with their
In the beginning
Bewinged and ringed with dawn
This favoured Avatar, enthralled
Swansongs from those that thronged this shore
With Gabriel and Michael
He shone with fierce intent
For loyalty, their joy to see
Him spur the hymns to heaven
From the sculptured lips of seraphim
Whom fate then cruelly rent
Wtih sleight-fingered strains of harmony
Each note to grim portent
As grinnning nimbus gathered
Over spires arabesque
For Him that blazed with holy praise
That for a jealous God was meant
Shining Feriluce
Lustrous scourge of fallen spirits
Basked in glory, flew
To lakes in sacred altitudes
Sweet haunting music swathed the breeze
With curling tongues that lapped His lead
As through thick mountain mist
He wandered cursed with thoughts adrift
He paused to draught forbidden streams
That whispered siren promises
To drown His thirst
For sports amiss
These waters held secrets
Liked raped Russian dolls
Wherein evil and good
Tore His soul for control
And drunk with the verse of desire's first words
The weight of the universe
Slunk in rehearsed
Horror in numbers too great to discern
The rotting of worlds to the conqueror worm
And love a rare orchid so fragile in bloom
Espied gasping breath under dark-sheeted moons
Shining Feriluce
Reflected in a jaded mirror
Climbing from the noose
Of time in divine servitude
And thus a strange new melody
Of will and wanton fantasies
Whetted by the veiled, seen
Danced from His ashen lips
In red dawn scores, the silver scream
Of truth and Her deleted scenes
Was taken up as far it seemed
As God His words eclipsed
Those waters hid visions
Like butchers in war
Perverting the course
Of life's blood evermore
In the beginning
Skinned well with gibbous tones
Of countenance and ignorance
In equal measures sewn
A marbled arc of Angels
Sworn to the morning star
Shared His pride and deep inside
Felt chill shadows sweep their cards

TRADUCTION

Au début
Bordé de vent et de tempête
Une grande colère noire de mathématiques infinies
Spat grondant en forme
Et il y avait le paradis
Illuminé de pierres précieuses
Chacun pourrait tomber sans la règle
De foi et d'amour et de trônes plus forts
Et là s'élevaient de vastes merveilles
Affections à voir
Père du pillé
Réflexions d'un rêve
Brouillard dans le cauchemar
Pour celui dont la place était fixée
Avec des étoiles capricieuses absentes, gâchées
Toute la création avec leur
Au début
Bewinged and ringed with dawnBewinged and ringed with dawnBewinged and ringed with dawnDéfié et annelé avec l'aube
Cet avatar préféré, captivé
Les chants de cygne de ceux qui se pressaient sur ce rivage
Avec Gabriel et Michael
Il a brillé avec une intention féroce
Pour la loyauté, leur joie de voir
Il a incité les hymnes au paradis
Des lèvres sculptées des séraphins
Qui sort alors cruellement louer
Avec des souches d'harmonie aux doigts lugubres
Chaque note au sombre présage
Alors que des nimbus souriants se rassemblaient
Sur les flèches arabesque
Pour celui qui a flambé de louanges saintes
Que pour un Dieu jaloux était destiné
Feriluce brillant
Fléau lustré des esprits déchus
Baigné de gloire, volé
Aux lacs aux altitudes sacrées
Une douce musique envoûtante enveloppait la brise
Avec des langues de curling qui léchaient son avance
Comme à travers une épaisse brume de montagne
Il a erré maudit avec des pensées à la dérive
Il s'est arrêté pour rédiger des flux interdits
Qui a chuchoté des promesses de sirène
Noyer sa soif
Pour le sport mal
Ces eaux contenaient des secrets
A aimé les poupées russes violées
Où le mal et le bien
A déchiré son âme pour le contrôle
Et ivre du verset des premiers mots du désir
Le poids de l'univers
Slunk en répété
L'horreur en nombre est trop grande pour être discernée
La pourriture des mondes au ver conquérant
Et aimer une orchidée rare si fragile en fleur
Souffle haletant espionné sous des lunes aux feuilles sombres
Feriluce brillant
Reflété dans un miroir blasé
Grimper de l'étau
Du temps dans la servitude divine
Et donc une nouvelle mélodie étrange
De volonté et de fantasmes insensés
Aiguisé par le voilé, vu
Dansé de ses lèvres cendrées
Dans les scores de l'aube rouge, le cri d'argent
De la vérité et ses scènes supprimées
A été repris aussi loin qu'il semblait
Alors que Dieu éclipsait ses paroles
Ces eaux cachaient des visions
Comme les bouchers à la guerre
Pervertir le cours
Du sang de la vie à jamais
Au début
Bien pelé avec des tons gibbeux
De contenance et d'ignorance
Dans des mesures égales cousues
Un arc d'anges marbré
Assermenté à l'étoile du matin
Partagé sa fierté et profondément à l'intérieur
Des ombres froides ressenties balaient leurs cartes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

traductions des paroles

Les meilleures chansons du monde