Traduction24.com

Traduire les paroles en 2 étapes simples!
  • Homepage
  • >
  • C
  • >
  • cradle of filth – bathory aria benighted like usher a murder of ravens in fugue eyes tha

Artiste: cradle of filth - Titre: bathory aria benighted like usher a murder of ravens in fugue eyes tha 

Paroles & Traduction: - bathory aria benighted like usher a murder of ravens in fugue eyes tha Ci-dessous, vous trouverez les paroles avec la traduction affichées côte à côte! Sur notre site web, vous trouverez de nombreuses autres paroles avec les traductions de ! Consultez nos archives et les autres paroles, par exemple cliquez sur la lettre c de et voyez quelles chansons nous avons le plus de dans nos archives comme bathory aria benighted like usher a murder of ravens in fugue eyes tha .

ORIGINAL

[I. Benighted Like Usher]
Snuffed tapers sighed
As Death left impressing
His crest of cold tears on the Countess
Benighted like ill-fated Usher
The House of Bathory shrouded
'Neath grief's dark facade
If only I could have wept
In mourning by Her side
I would have clasped Her so tight
Like storm-beached Aphrodite
Drowned on Kytherean tides
And Kissed Her
For from Her alone
My lips would have known
Enigmas of shadowy vistas
Where pleasures took flesh
And pain, remorseless
Came freezing the breath
Of raucous life hushed unto whispers
Benighted.
Inhaling the pale waning moonlight that crept
Through the crypt of Her Lord who so lucidly slept
Benighted.
Exhaling the wail of black widowhood's toll
Waxing eternal night entered Her soul
[II. A Murder of Ravens in Fugue]
Now haranguing grey skies
With revenge upon life
Gnathic and Sapphic
Needs begged gendercide
Delusions of Grandier denounced the revolt
Of descrying cursed glass, disenchanted in vaults
Encircled by glyphs midst Her sin-sistered cult
With hangman's abandon She plied spiritworlds
To Archangels in bondage
From light to night hurled
Cast down to the earth where torment would unfurl.......
But soon,
Her tarot proved
Hybrid rumours spread like tumours
Would accrue
And blight Her stars
However scarred
To better bitter truths
Of cold bloodbaths
As bodies rose
In rigid droves
To haunt Her from their
Shallow burials imposed
When wolves exhumed
Their carthen wombs
Where heavy frosts had laboured long
To bare their wounds
To the depths of Her soul they pursued
Wielding their poison they flew
Like a murder of ravens in fugue
And knowing their raptures
Would shatter Her dreams
She clawed blackened books for damnation's reprieve
Baneful cawed canons on amassed enemies
So Hallow's Eve
As She received
Like Bellona to the ball
Those enemies
Fell-sisters heaved
Her torturies
Cross stained flagstones
To Her carriage reined to flee
But She knew She must brave the night through
Though fear crept a deathshead o'er the moon
Like a murder of ravens in Fugue
For each masked, jewelled gaze held dread purpose
Horror froze painted eyes to cold stares
And even Her dance
In the vast mirrors cast
Looked the ill of Her future
If fate feasted there....
[III. Eyes That Witnessed Madness]
In an age crucified by the nails of faith
When rank scarecrows of christ blighted lands
An aloof Countess born an obsidian wraith
Dared the abyss knowing well She was damned
Her life whispered grief like a funeral march
Twisted and yearning, obsessed an entranced
With those succumbing to cruelty
Crushed 'neath the gait of Her dance
A whirlwind of fire that swept through the briers
Of sweet rose Her thickets of black thorn had grasped...
She demanded the Heavens and forever to glean
The elixir of Youth from the pure
Whilst Her lesbian fantasies
Reamed to extremes
O'er decades unleashed
Came for blood's silken cure
But Her reign ended swiftly
For Dark Gods dreamt too deep
To heed Her pleas
When Her gaolers were assailed
With condemnations from a priest
Who'd stammered rites
In the dead of night
For maidens staining winding sheets
And She postured proud
When Her crimes were trowelled
And jezebelled to peasant lips
Though She smelt the fires
That licked limbs higher
To the tortured cunts of accomplices
So ends this twisted fable's worth
And though spared the pyre's bite
By dint of nobled bloodlined birth
Her sins (crimes) garnered Her no respite
Forever severed from the thrill of coming night
Where slow Death alone could grant Her flight
"The Spirits have all but fled judgement
I rot, alone, insane,
Where the forest whispers puce laments for me
From amidst the pine and wreathed wolfsbane
Beyond these walls, wherein condemned
To the gloom of an austere tomb
I pace with feral madness sent
Through the pale beams of a guiltless moon
Who, bereft of necrologies, thus
Commands creation over the earth
Whilst I resign my lips to death
A slow cold kiss that chides rebirth
Though one last wish is bequathed by fate
My beauty shalt wilt, unseen
Save for twin black eyes that shalt come to take
My soul to peace or Hell for company"
(To peace or hell for company)
My soul to Hell for company

TRADUCTION

[JE. Benighted Like Usher]
Des cierges étouffés soupiraient
Alors que la mort était impressionnante
Sa crête de larmes froides sur la comtesse
Benighted comme Usher malheureux
La maison de Bathory enveloppée
La façade sombre de Neath Douleur
Si seulement j'avais pu pleurer
En deuil à ses côtés
Je l'aurais serrée si fort
Comme Aphrodite échouée par la tempête
Noyé sur les marées de Cythère
Et je l'ai embrassée
Car d'elle seule
Mes lèvres auraient su
Énigmes de vues sombres
Où les plaisirs prenaient chair
Et la douleur, sans remords
Entré en gelant le souffle
De la vie bruyante étouffée jusqu'aux murmures
Aveugle.
Inhaler le clair de lune pâle et décroissant qui rampait
A travers la crypte de son seigneur qui dormait si lucidement
Aveugle.
Expirant le gémissement du bilan du veuvage noir
La nuit éternelle croissante est entrée dans son âme
[II. Un meurtre de corbeaux en fugue]
Maintenant haranguant le ciel gris
Avec vengeance sur la vie
Gnathique et saphique
Besoin supplié gendercide
Les délires de Grandier ont dénoncé la révolte
De verre maudit, désenchanté dans les voûtes
Encerclé par des glyphes au milieu de son culte de sœur pécheresse
Avec l'abandon du bourreau, elle a parcouru les mondes spirituels
Aux Archanges en esclavage
De la lumière à la nuit lancée
Jeté sur la terre où le tourment se déroulerait .......
Mais bientôt,
Son tarot a prouvé
Les rumeurs hybrides se propagent comme des tumeurs
Accroître
Et détruit ses étoiles
Cependant cicatrisé
Pour de meilleures vérités amères
Des bains de sang froid
Alors que les corps s'élevaient
En masse rigide
Pour la hanter de leur
Inhumations peu profondes imposées
Quand les loups exhumés
Leurs utérus carthen
Où les fortes gelées avaient duré longtemps
Pour dénuder leurs blessures
Au plus profond de son âme, ils ont poursuivi
Maniant leur poison, ils ont volé
Comme un meurtre de corbeaux en fugue
Et connaissant leurs ravissements
Briserait ses rêves
Elle a griffé des livres noircis pour le sursis de la damnation
Canons croassés funestes sur les ennemis amassés
So Hallow's Eve
Comme elle a reçu
Comme Bellona au bal
Ces ennemis
Fell-sisters soulevé
Ses tortures
Dalles de croix teintées
À sa voiture freinée pour fuir
Mais elle savait qu'elle devait braver la nuit
Bien que la peur ait glissé un mortel sur la lune
Comme un meurtre de corbeaux à Fugue
Pour chaque regard masqué et bijou tenu pour un but effrayant
L'horreur figea les yeux peints en des regards froids
Et même sa danse
Dans les vastes miroirs projetés
Regardé le mal de son avenir
Si le destin s'y régalait ...
[III. Des yeux témoins de la folie]
À une époque crucifiée par les clous de la foi
Quand les épouvantails du Christ ont détruit les terres
Une comtesse distante née un spectre d'obsidienne
A osé l'abîme sachant bien qu'elle était damnée
Sa vie a chuchoté le chagrin comme une marche funèbre
Tordu et désireux, obsédé et ravi
Avec ceux qui succombent à la cruauté
Écrasé sous l'allure de sa danse
Un tourbillon de feu qui a balayé les ronces
De rose douce Ses fourrés d'épines noires avaient saisi ...
Elle a exigé les cieux et pour toujours glaner
L'élixir de jeunesse du pur
Alors que ses fantasmes lesbiens
Alésé aux extrêmes
O'er décennies déchaînées
Entré pour la cure soyeuse du sang
Mais son règne s'est terminé rapidement
Car les dieux noirs ont rêvé trop profondément
Pour écouter ses supplications
Quand ses geôliers ont été assaillis
Avec les condamnations d'un prêtre
Qui bégayait des rites
Dans la mort de la nuit
Pour les jeunes filles qui tachent les feuilles d'enroulement
Et elle s'est postée fière
Quand ses crimes ont été truellés
Et jezebelled aux lèvres des paysans
Bien qu'elle ait senti les feux
Qui léchait les membres plus haut
Aux chattes torturées des complices
Alors se termine la valeur de cette fable tordue
Et bien qu'épargnant la morsure du bûcher
À force de naissance noble sanglante
Ses péchés (crimes) ne lui ont valu aucun répit
A jamais coupé du frisson de la nuit à venir
Où la mort lente seule pourrait lui accorder son vol
"Les esprits ont presque fui le jugement
Je pourris, seul, fou,
Où la forêt murmure puce se lamente pour moi
Du milieu du pin et de la tordeuse du loup
Au-delà de ces murs, où condamné
Aux ténèbres d'un tombeau austère
Je marche avec la folie sauvage envoyée
À travers les rayons pâles d'une lune sans culpabilité
Qui, privé de nécrologies, ainsi
Commande la création sur la terre
Pendant que je résigne mes lèvres à la mort
Un lent baiser froid qui réprimande la renaissance
Bien qu'un dernier souhait soit légué par le destin
Ma beauté flétrira, invisible
Sauf pour les yeux noirs jumeaux qui viendront prendre
Mon âme en paix ou en enfer pour compagnie "
(Pour la paix ou l'enfer pour la compagnie)
Mon âme en enfer pour compagnie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

traductions des paroles

Les meilleures chansons du monde